Si vous ne savez pas où miser, pensez banquier

Alors dans les règles du jeu, nous avons déjà commencé à en parler car c’est un point tout de même très important au baccara, les probabilités de victoire de chaque main. Du fait que c’est un jeu de chance pure où il faut que vous deviniez quelle main va l’emporter, vous ne pouvez vous fier qu’à ces statistiques.

Ce que nous conseillons donc, c’est avant tout de faire confiance à votre instinct, à votre feeling et de parier sur ce que vous pensez être bon. Sinon, nous avisons nos lecteurs de jouer sur la main du banquier, si vous n’avez pas d’idée, car c’est tout simplement celle qui recueille les meilleures statistiques au niveau victoire, 46% et même s’il y a la commission de 5% à ne pas oublier, nous pensons simplement qu’il est préférable de gagner peut être un peu moins mais plus souvent.

L’égalité n’est pas toujours la solution

Il existe trois options au baccara pour le joueur qui veut parier. L’égalité entre la main du banquier et la main du ponte est une des options qui se présentent à vous. Généralement, elle attire les joueurs très peu expérimentés qui ne voit par là, qu’un moyen simple de faire beaucoup d’argent rapidement. Nous pensons que c’est tout le contraire. Vous ne ferez pas souvent d’argent en jouant l’égalité. Rendez-vous compte, le taux de probabilité n’est que de 10%, cela veut dire que vous avez en gros une chance sur dix, de remporter la victoire, ce qui est plutôt faible quand on compare aux autres options de pari.

Nous sommes toutefois un peu plus souples que d’autres confrères qui vous déconseillent de jouer cette égalité, « jamais, Ô grand jamais ». Nous pensons que c’est un pari que vous pouvez tenter de temps à autres car il est vrai que le rapport de 8 contre 1 est attirant, mais ne vous concentrez pas sur cette option car elle risquerait de vous faire couler votre bankroll.

Qui dit remise, dit pas d’historique

Le baccara a des ressemblances avec le blackjack, c’est tout à fait vrai. Mais il y a aussi des points qui sont complètement différents. Le meilleur exemple, c’est la remise. Au blackjack, il n’y a pas de remise après chaque tirage, cela permet donc au joueur, via une stratégie qu’il met en place, de prévoir et anticiper les cartes qui pourraient être tirées. Au baccara, ce n’est pas du tout le cas, cela ne sert donc à rien de se concentrer sur les cartes qui sortent, et puis surtout, ne vous embêtez pas la vie à noter, comme le font certains, tous les résultats des manches précédentes, en d’autres termes, l’historique. Comprenez que du fait qu’il y a une remise, c’est-à-dire que les cartes sont mélangées après chaque tirage, chaque option, la victoire du ponte, la victoire du banquier ou l’égalité, ont, tirage après tirage, exactement les mêmes probabilités de sortie. Il n’y a donc pas de règle à suivre.